Slack est une plate-forme SaaS (Software as a Service) hébergée sur le cloud. Elle a été conçue en 2013 en tant que messagerie interne au sein de l’entreprise Tiny Speck (devenue depuis Slack Technologies, Inc), par Steward Butterfield et son équipe, déjà à l’origine de Flikr. Lancée officiellement en 2014, la plate-forme séduit d’abord les start-ups de la Silicon Valley, avant d’être adoptée à son tour par de grands groupes internationaux. Aujourd’hui, elle est utilisée par Airbnb, eBay et le New York Times, comptant plus de 5 millions d’utilisateurs dans le monde, et vient d’atteindre une valorisation de 5 milliards de dollars fin juillet 2017 grâce à une levée de fonds de 250 millions de dollars. Comment expliquer le succès de cette messagerie interne, devenue en 4 ans un outil collaboratif incontournable ? Slack est un acronyme signifiant Searchable Log of All Conversation and Knowledge (comprenez : accès à tous les savoirs et à toutes les conversations). Ses fondateurs souhaitaient trouver un moyen de remplacer la communication par e-mail au sein des entreprises. L’utilisation de la plate-forme repose sur la création de communautés, une adresse URL est assignée

à la compagnie. L’administrateur invite à son tour tous les membres de son groupe de travail à rejoindre sa communauté. Chacun peut rejoindre le groupe au moyen d’un identifiant et d’un mot de passe. La communication peut alors avoir lieu sous forme de conversation en temps réel, chaque sujet étant placé sur un « channel » (canal) différent apparaissant à gauche de l’écran. Ces canaux sont identifiés par des tags, auxquels les membres de la communauté peuvent s’abonner pour les suivre. Chaque canal offre la possibilité d’ouvrir un chat privé destiné à ses abonnés. Les membres peuvent constituer des groupes privés ou publics, dont les discussions s’affichent à droite de l’interface. Au centre, les publications partagées par la communauté apparaissent, à la manière d’un fil d’actualité tel qu’on peut le voir sur les réseaux sociaux. L’application cloud permet également de partager des fichiers allant de la vidéo aux fichiers bureautiques, en passant par le mp3 et les images. Slack est multi-devices, et bénéficie de tous les avantages du Cloud computing : il est possible de démarrer une conversation sur un terminal fixe et de la continuer sur smartphone lors d’un déplacement. Sa force vient également du nombre d’outils externes qu’elle permet d’intégrer : Dropbox, GitHub, Facebook, Twitter, Evernote ou Google Drive comptent parmi les 80 outils de productivité compatibles avec Slack. La solution collaborative compte aussi de nombreux bots, des robots logiciels qui peuvent réaliser des tâches comme réserver un hôtel, organiser une réunion ou réaliser la veille informatique sur un sujet.

Slack propose 3 formules allant d’une version gratuite offrant peu de fonctionnalités à un abonnement à 11,75 € par utilisateur mensuel actif. Les solutions dédiées à la communication dans les entreprises sont actuellement soumises à une forte concurrence : entre Workplace by Facebook, Microsoft Team, intégrée à Office 365 et les solutions open-source gratuites comme Mattermost, chacune tente de s’imposer auprès des grands groupes.