Le Cloud est une solution d’hébergement virtuelle disponible à tout moment, fonctionnant sur abonnement. À l’origine, ce terme signifiant « nuage » était utilisé pour désigner l’ensemble du réseau internet. Il est peu à peu devenu plus précis et sert désormais à qualifier un changement majeur dans l’usage des outils informatiques. Le Cloud computing consiste à utiliser la puissance et les capacités des serveurs distants, sous forme de service, pour héberger des fichiers ou des applications en ligne. Traditionnellement, les données sont hébergées sur des serveurs physiques et les applications installées sur le poste de chaque utilisateur. Lors de l’utilisation d’un serveur physique, il faut connaître à l’avance la quantité de données à stocker et la puissance de calcul nécessaires au bon fonctionnement des outils hébergés.

Sous-estimer la quantité de ces ressources entraine des problèmes et des retards, lors des périodes d’activité intense d’un site internet. En revanche, réserver davantage de stockage que ses besoins afin de s’assurer de répondre à ces pics d’utilisation génère un coût dont il faut s’acquitter, même si l’on n’utilise pas l’intégralité de l’espace alloué. Le Cloud permet d’envisager le réseau internet de la même façon qu’un abonnement aux réseaux d’eau ou d’électricité. Grâce à un abonnement flexible, souvent facturé à l’heure, l’utilisateur paie uniquement les ressources qu’il a consommées. Comme les offres d’hébergement classiques, il existe plusieurs niveaux de services. Le Cloud public correspond à une offre d’hébergement mutualisée : les utilisateurs partagent la même infrastructure. Le Cloud privé offre l’avantage d’un pool de serveurs dédiés à une entreprise ou à un utilisateur, ce qui lui permet de profiter d’un contrôle total sur son environnement et de sécuriser davantage ses données. Cette offre est similaire à un réseau LAN (un réseau local constitué par plusieurs postes connectés entre eux); mais il est disponible depuis n’importe où, grâce à l’utilisation du réseau internet.

Des services comme Dropbox ou Deezer utilisent le Cloud computing pour le partage de données ou pour la création de contenus accessibles à distance avec un compte utilisateur. Les développeurs d’applications comme Office pour Microsoft ou les produits Adobe ne proposent plus leurs nouvelles versions sur un support physique. Elles fonctionnent sur la base d’un abonnement mensuel, leurs applications étant mises à jour en temps réel et disponibles depuis n’importe où. De plus en plus de start-ups utilisent des solutions Cloud, offrant une flexibilité totale et une diminution des coûts. Le SaaS (Software as a Service), le IaaS (Interface as a Service) et le PaaS (Platform as Service) offrent de nombreuses possibilités de développement grâce à des interfaces situées exclusivement en ligne.